Le retour des pionniers de la rumba congolaise des années 40-50

Le grand Wendo Kolosoy, disparu en 2008, l’avait prédit : ses musiciens feraient une dernière tournée internationale à l’âge de 80 ans. Sous la protection des féticheurs de Kinshasa, Bikunda et son orchestre ont donc repris du service : il leur reste un rêve à accomplir…

 

En République Démocratique du Congo (RDC), le dimanche est le jour des deuils. Dans la tentaculaire Kinshasa, c’est avec la Grande Faucheuse que vous partagerez une bière Primus bien “frappée” – bien fraîche – en écoutant une rumba langoureuse, crachée par les énormes baffles qui rythment le carnaval des enterrements. Après avoir tourné le dos au fleuve Congo en direction du centre névralgique, après avoir passé Matonge et tourné autour du rond-point Victoire, après avoir parcouru une longue artère bordée de ngandas (terrasses) et décorée de couronnes mortuaires, engouffrez-vous dans cette ruelle terreuse des quartiers mal famés : c’est là, au plus profond du chaos kinois, que nous avons retrouvé Bakolo Music International.

 

Bakolo Music International, dont le nom signifie “pionniers de la musique”, est le plus ancien groupe de rumba congolaise (mélange de rumba, cha cha cha, biguine et tango) de Kinshasa : issu des formations Victoria Kin et Bakolo Miziki International, sa création remonte à 1948. Ses jeunes musiciens accompagnaient alors Wendo Kolosoy, père de la rumba congolaise et créateur cette même année de « Marie-Louise ». Une chanson qui fit danser toute l’Afrique de l’Ouest, si irrésistiblement qu’on racontait qu’elle pouvait rendre la vie aux morts, ce qui valut à Papa Wendo d’être chassé de Kinshasa par l’Eglise catholique. Le maître est mort en 2008, à l’âge de 83 ans, après avoir interprété la rumba congolaise dans le monde entier. Mais Bakolo Music International n’a pas lâché le flambeau et continue de jouer « Marie-Louise » et autres classiques du genre comme l’irrésistible « Philosophie », de Jean Serge Essous et les Bantous de la Capitale.

 

Resté actif sur les scènes kinoises où il est immensément respecté, Bakolo Music International n’a jamais cessé de composer de nouvelles rumbas. Mais, se sachant pressés par le temps et motivés comme jamais, ses musiciens se sont remis plus sérieusement au travail depuis quelques mois. Ils ont même retrouvé le chemin des studios pour y graver des chansons au moyen d’instruments aussi usés que leur talent est intact. Un baroud d’honneur pour Bakolo, désormais formé de sept membres. Le leader, Nzoku Mo Ko Buele, dit Bikunda, a débuté la musique dès l’âge de 14 ans, jouant des maracas aux côtés de Franco notamment. Initié à la guitare par le fameux Henri Bowane, Bikunda a joué avec les plus grands et dans les meilleurs studios de Kinshasa. C’est lui qui, à la demande de Wendo en 1948, rassembla des musiciens pour créer Victoria Bakolo Music International, devenu l’actuel Bakolo Music International à la mort du leader. Bikunda a accompagné Papa Wendo en Afrique, en Europe (Belgique, France, Suisse, Allemagne, Portugual, Suède, Italie, Danemark, Grande-Bretagne, Pays-Bas), au Canada et dans dix-sept Etats américains. De grandes tournées internationales auxquelles participèrent aussi le guitariste Michel Missy, le chanteur Willy Nzofu et le batteur Bulantulu Ndangi. Quant au saxophoniste May-Plau, il a fui in extremis les massacres anti-Kinois récemment perpétrés à Brazzaville, afin de remplacer dans le groupe Joseph Munange qui, décédé début 2015, initia Manu Dibango à la rumba.

 

Les sept membres de Bakolo Music International sont les derniers garants d’un héritage qui se dilue à mesure que les anciens disparaissent. Désormais, les pionniers de la rumba congolaise veulent jouer à la vie, à la mort, protégés par leurs fétiches et guidés par le songe de Wendo Kolosoy : leur dernière tournée internationale, à bientôt 80 ans pour certains, c’est maintenant.

 

 

 

Composition du groupe

 

Nzoku Mo Ko Buele dit Bikunda, guitare, 76 ans

Michel Vula Missy, guitare, 66 ans

Robert Basilua Bangu, basse, 59 ans

Willy Makonzo Nzofu, chant, 63 ans

Levic Makiadi Vundu, chant, 63 ans

Paul Mayena Malakani dit May-Plau, saxophone, 77 ans

Bulantulu Ndangi, batterie, 56 ans

Isabelle Masambonda, 59 ans

 

 

 

 

 

Publicités

Posted in

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s